Donald Bruce Dingwell


Donald Bruce Dingwell est titulaire d’un baccalauréat ès sciences de la Memorial University of Newfoundland et d’un doctorat en géologie de l’University of Alberta. Dans le cadre de travaux de recherche qu’il a menés pendant 30 ans, il a signé 350 articles scientifiques sur les propriétés physiques et chimiques de matériaux en fusion ou en fusion partielle, ainsi que sur les répercussions qui en découlent sur les processus naturels et technologiques.

Depuis 2000, le professeur Dingwell, qui est titulaire de la chaire de minéralogie et de pétrologie et directeur du département des sciences de la Terre et des sciences de l’environnement de la Ludwig-Maximilians-Universität München (Université de Munich), a acquis une vaste expérience de l’évaluation de bon nombre d’instruments de recherche européens.

Il a terminé il y a peu son mandat à titre de troisième secrétaire général du Conseil européen de la recherche, principal organisme subventionnaire de la recherche en Europe. Il a également récemment été président de l’European Geosciences Union et siège actuellement au conseil d’administration de cet organisme. Il est membre de l’European Academies Science Advisory Council et président désigné de l’Association internationale de volcanologie et de chimie de l’intérieur de la Terre.

Entre autres distinctions, M. Dingwell a reçu la médaille Peacock, le prix Norman L. Bowen, le prix Otto-Schott de la recherche, la médaille Robert Wilhelm Bunsen, le prix Victor-Moritz-Goldschmidt, le prix MSA de la Mineralogical Society of America et le prix Gerhard-Hess de la Fondation allemande de la recherche. L’University of Alberta et l’University College London lui ont décerné des diplômes honorifiques. Il est également membre élu de la Société royale du Canada, de l’Academia Europaea et de l’Académie allemande des sciences techniques (ACATECH).

Le président de la République fédérale d’Allemagne lui a en outre remis la croix de l’Ordre du mérite de la République fédérale d’Allemagne (Bundesverdienstkreuz) pour son apport à l’essor du domaine des géosciences à la Ludwig-Maximilians-Universität München, sa carrière prolifique de chercheur et son rôle important dans la communication de l’information au public lors de la crise occasionnée en Europe par le panache de cendres qui a résulté de l’éruption d’un volcan en Islande en 2010.